POURQUOI APPRENDRE LE RUSSE

Le russe est une langue formatrice qui contribue à l'ouverture d'esprit, mais aussi à la formation d'un cadre rationnel et rigoureux. C'est une langue structurée et structurante qui développe des qualités de logique et de méthode.

Le russe permet d'avoir accès à une culture d'une très grande richesse qui fait partie de la culture mondiale. Il aide à comprendre un mode de vie et une manière d'être différents de ceux des Français, à cerner la fameuse « âme slave ».

Le russe est l'une des langues les plus parlées au monde avec environ 300 millions de locuteurs (donc 143 millions en Russie même), devant l'allemand et le français. C'est la plus répandue parmi les langues slaves. Elle est en effet utilisée dans tous les pays émanant de l'ex-URSS et au sein de la diaspora russe présente dans de nombreux pays du monde, y compris la France. Par ailleurs, de plus en plus de Russes viennent en France pour leur travail ou en touriste. Le russe est également très présent sur Internet où il donne accès à des ressources d'une grande richesse.
La Russie siège au Conseil de l'Europe et fait toujours partie du G20 ; le russe est l'une des langues officielles de l'ONU et de l'UNESCO. Les échanges culturels, scientifiques et économiques entre la Russie et l'Union Européenne, installés de longue date, continueront de créer de nouveaux débouchés.
Avec 143 millions d'habitants et un taux de croissance parmi les plus élevés au monde (4 à 4,5% en 2010 et 2011, estimation à 1% pour 2015), la Russie attire les hommes d'affaires, les entreprises de production et de services malgré les aléas du contexte international. Ses besoins sont immenses en biens d'équipement pour produire sur place les produits destinés à une économie en cours de diversification et à une hausse de la consommation. Pour travailler en Russie et avec la Russie, l'anglais ne suffit pas.

A compétences égales, la maîtrise du russe est souvent considérée par les recruteurs comme un sérieux atout professionnel. Il est de plus en plus recherché par les entreprises dans des domaines aussi divers que l'économie, la gestion, le droit, les sciences et techniques, l'informatique, le journalisme, l'agroalimentaire, l'édition, l'immobilier, le tourisme, la coopération spatiale, médicale et culturelle.

La génération des 20 ans d'aujourd'hui jouit d'un privilège extraordinaire : elle peut aller en Russie, s'y déplacer librement et y trouver du travail, ce qui n'était pas le cas il y a une trentaine d'années.

Et sachez-le : la France manque de russisants, notamment à cause de la réduction généralisée de l'offre des formations linguistiques diversifiées.

LES COURS
Contrairement aux idées reçues, l'étude du russe dans le cadre scolaire n'est pas plus difficile que celle d'une autre langue :

Malgré l'importance de l'accent tonique, la prononciation du russe est plus facile pour les francophones que celle de l'anglais. Le grand nombre de mots d'origine française, anglaise, grecque et latine passés dans la langue russe facilite l'apprentissage du vocabulaire. Le russe ne comporte que trois temps verbaux ; la concordance des temps ainsi que le conditionnel et le subjonctif sont quasi inexistants.

L'apprentissage de l'alphabet se fait progressivement et donne lieu à des exercices de calligraphie appréciés de nombreux élèves. Les règles de lecture étant beaucoup plus simples qu'en anglais et en français, le cyrillique n'est donc pas un obstacle.

Le russe, tout comme l'allemand, est une langue à déclinaisons dont l'approche est facilitée par la connaissance du latin. L'introduction des six cas est étalée sur une année scolaire, ce qui permet à chaque élève de les assimiler à son rythme.

La quantité de travail personnel à fournir n'est pas plus importante qu'en cours d'anglais, d'espagnol ou d'allemand. Chaque élève peut réussir à condition d'apprendre son cours régulièrement. Si toutefois des difficultés apparaissaient (ce qui est rare), le système de tutorat
entre les élèves d'une même classe a déjà fait ses preuves.

Les classes de russe à Sainte-Marie comptent généralement une vingtaine d'élèves, ce qui favorise la participation de chacune et permet au professeur d'assurer un suivi plus personnalisé.

En dehors des cours, les élèves de russe se voient régulièrement proposer des activités culturelles : repas russes, sorties au théâtre, visites de musées. Par ailleurs, un voyage en Russie est organisé tous les deux ans pour les élèves de lycée.

SI VOUS CHANGEZ D'ETABLISSEMENT : Les établissements proposant le russe en LV2 ne sont certes pas très nombreux, surtout en province. Toutefois, on trouve parmi eux des collèges et des lycées tels que La Tour, Saint-Michel de Picpus, Madeleine Daniélou, dans le privé ; Pasteur, Carnot, Fénelon, Henri IV, Condorcet, Janson de Sailly, dans le public (la liste complète est disponible sur www.sitacrusse.fr).
Il est également possible de poursuivre l'étude du russe avec le CNED.

POURSUIVRE L'ETUDE DU RUSSE APRES LE BAC

A L'UNIVERSITE

Plusieurs universités françaises proposent des filières du type LEA et LLCE orientées vers la civilisation, la linguistique, la traduction (Paris IV, Paris VIII, Paris X), mais aussi des cursus conjuguant la connaissance du russe avec une autre spécialisation : droit français et international, sociologie et économie (Paris X Nanterre, Paris I), commerce international (Paris IV), géopolitique (Paris VIII), sciences humaines (Paris I), tourisme et hôtellerie (ENC Bessières, Université d'Angers), relations internationales (Sciences-Po), négociation et relation client, assistante de direction (ENC Bessières), etc.

Par ailleurs, il existe actuellement une 50-aine de cursus en double diplômation franco-russe1.

On peut enfin étudier le russe en mineure (INALCO, Paris VIII), tout en suivant sa formation principale ailleurs. La liste des universités proposant des cursus avec le russe est consultable sur le site de l'Association française des russisants (www.afr-russe.fr).

EN CLASSES PREPARATOIRES

Plusieurs lycées en Ile-de-France proposent des cours de russe en classes préparatoires, tels que Condorcet, Louis-le-Grand, Saint-Louis, Montaigne, Fénelon, Henri IV, Stanislas à Paris ; Lakanal à Sceaux ; Sainte-Geneviève, Hoche et Grandchamp à Versailles ; Joliot-Curie à Nanterre. Le nombre réduit d'étudiants rend les cours très efficaces.

Filières commerciales et littéraires : La LV2 y est généralement obligatoire, et le russe est proposé au concours d'entrée de l'ENS et de la majorité des écoles de commerce. Pour passer les concours, le choix du russe est plus avantageux que celui des langues plus courantes. La plupart des écoles de commerce ont des partenariats avec des universités prestigieuses de Moscou et de SaintPétersbourg, ce qui permet aux étudiants d'effectuer une partie de leurs études en Russie.

Filières scientifiques: La LV2 n'étant pas obligatoire, les étudiants l'abandonnent souvent (qu'il s'agisse du russe ou d'une autre langue) pour y revenir éventuellement plus tard.

1 Site de l'Ambassade de France en Russie (http://www.ambafrance-ru.org), rubrique « coopération universitaire »

 

Présentation en 5ème